• Interdiction de travailler le dimanche

    J'ai bien entendu encore ce dimanche, tondeuses, perceuses aux mains des jardiniers et bricoleurs du dimanche. C'est normal, c'est autorisé et il y a des heures pour cela.

    Mais si vous êtes maréchal, laboureur, voiturier ou charron, je ne pense pas que ce soit autorisé. Jugez vous-même: voici le rappel à l'ordre fait par Damien Ratellier, prévôt et juge ordinaire de de la prévôté et justice de Villemarechal le 12 Juillet 1683.

    "...Remontrance a nous faict par le procureur fiscal de cette terre et seigneurie de Villemarechal Que plusieurs artisants, laboureurs, Voituriers et autres personnes en transgressant les Commendemants de Dieu de notre mère Ste Eglise et les ordonnances reglements royaux... exercent...

    Leurs mestiers et vaccations les jours de dimanches et festes en sorte mesme que la paroisse en est scandallisée... entre autre certainz mareschal... tient boutique ouverte et Reçoit indifferemment tout chevaux et les fer lesditz jours mesme pendantleurs du divin service a la veûe Des place publicque de ce lieu Des voituriers qui charoie et autre gens qui amassent et Couppe leurs grains es champs mesme qu'au vandange... plusieurs tonneliers exerçoient leurs vaccations les dits jours."

    "Nous (Damien Ratellier) faisant droict sur le requisitoire dudit procureur fiscal... faict et faisons Deffance ausditz mareschaux laboureurs Voituriers tonneliers charrons et autres gens de mestier de faire aucune fonction de leur travaille...pendant lesditz Jours de feste et dimanche mesme auditz cabarettiers de Recevoir ny rettenir aucunes personnes dans leurs maisons pendant les heures du divin service a peine de dix livres Damandes... de prison et plus grand amande en cas de Recidives..."

    M.Guibourget   D Ratellier   M Pelletier greffier

    Sur le document d'origine, certains mots sont indéchiffrables et ont été remplacés par des points de suspension; nous ne saurons donc pas, par exemple, quelle peine de prison les contrevenants risquaient. Le texte est reproduit partiellement mais l'essentiel y est en essayant de respecter l'ortographe de l'époque. Notons que les accords singulier/pluriel sonr aléatoires et qu'un même mot peut être ortographié de deux manières différentes. Pas de règle non plus pour les majuscules et les accents.

    Je ne pense pas que cette "défense" ait été abrogée, mais si vous n'êtes pas maréchal, charron, tonnelier, ... vous ne risquez rien.

    Auteur : D PICOUET.